mardi 25 janvier 2022

Un cadre européen pour l'éducation financière

Europe
L'importance de l'éducation financière des citoyens, qui, jusqu'à maintenant, paraissait être une préoccupation réservée à quelques acteurs marginaux, conduit la Commission Européenne à proposer un cadre global, élaboré en collaboration avec une structure spécialisée de l'OCDE, et destiné à devenir le socle commun d'initiatives à venir.

En marge des travaux préparatoires à la future union des marchés des capitaux, qui, selon toute vraisemblance, ne fait pas partie des priorités pour la majorité de la population du continent, les fonctionnaires de Bruxelles ont certainement voulu équilibrer leur projet en prenant en compte les immenses besoins de culture générale que font ressortir les multiples études révélant l'étendue des lacunes sur tous les sujets liés à l'argent et leur impact direct sur le bien-être des individus, notamment parmi les plus fragiles.

Le résultat de ces travaux représente une somme volumineuse de plus de 500 rubriques, réparties en 4 catégories – argent et transactions, planification et gestion financière, risques et récompenses, paysage financier –, décrivant par le menu l'ensemble des compétences fondamentales, y compris numériques ou relevant du développement durable, qu'un adulte (une version dédiée aux jeunes devrait être produite dans le courant de 2022) est supposé maîtriser afin de prendre des décisions saines et rationnelles.

EU Financial Competence Framework

Le document final recense les connaissances à posséder, les comportements à acquérir et les attitudes à adopter pour faire face aux situations de la vie quotidienne avec une exhaustivité exemplaire mais sous une forme brute, inadaptée à un usage pratique, en l'état. En effet, il a été conçu dans le but de constituer un support à partir duquel les parties prenantes – autorités nationales, entreprises privées, organismes de formation… – sont invitées (voire, pour certaines d'entre elles, contraintes par une législation envisagée pour la fin de l'année) à concevoir des programmes pédagogiques opérationnels.

Les institutions et les startups de la FinTech qui se sentent concernées par les enjeux de la santé financière – et ne devraient-elles pas l'être toutes ? – n'ont aucune raison d'attendre une quelconque obligation pour s'emparer de cette bible de l'inclusion et en dériver le matériau concret qui leur permettra de mieux accompagner leurs clients dans leurs choix et leurs actions, vers l'atteinte de leurs ambitions. La traduction de ses principes théoriques en contenus faciles à comprendre, en conseils avisés, en incitations discrètes (nudges)… requiert encore de lourds efforts, à entreprendre au plus tôt.

Actualité repérée grâce à Fabien Risterucci (merci !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)