C'est pas mon idée !

dimanche 6 mars 2022

Westpac nomme un directeur de sa « BaaS »

Westpac
Après des débuts un peu laborieux, la démarche de transformation par un modèle de « banque en service » (« BaaS ») de Westpac, enclenchée à la fin 2019, semble aujourd'hui prendre son régime de croisière, avec la nomination d'un directeur dédié, venant de la sorte coiffer une équipe qui s'étoffe rapidement depuis ces derniers mois.

Tout au plus appréhendée du bout des lèvres par la majorité des institutions financières, l'hypothèse d'une approche différente de la banque – intégrée dans les expériences utilisateurs d'entreprises totalement étrangères au secteur, au cœur desquelles l'une ou l'autre de ses composantes est nécessaire et d'autant mieux valorisée qu'elle s'y fait invisible – est prise suffisamment au sérieux pour que celle qui se présente comme la plus ancienne d'Australie choisisse d'en faire désormais une activité à part entière.

Conçue et développée sur la base de la technologie de 10x et en collaboration avec quelques autres jeunes pousses de la FinTech (dont FrankieOne pour l'enrôlement et Feedzai pour la gestion de risques), la plate-forme ouverte de Westpac commence à prendre pied sur le marché. Son premier client est AfterPay, un des leaders mondiaux du paiement fractionné, et des discussions avancées sont en cours avec, entre autres, SocietyOne, un pionnier du crédit en ligne, né sur la vague du financement participatif.

Pour l'instant, ce sont principalement des capacités de banque du quotidien qui sont recherchées par les prospects, souvent sous la forme d'une offre de compte courant assorti de ses moyens de paiement (AfterPay inclut également un produit d'épargne), mais Westpac est déjà prête à mettre à leur disposition un catalogue étendu. Parmi différentes explorations, elle indique notamment qu'elle devrait compter, d'ici à la fin de l'année, au moins un client embarquant sa solution de crédit hypothécaire.

Westpac – Banking as a Service

S'il faut en croire ces débuts prometteurs, de nombreux acteurs, de tous horizons, sont fortement demandeurs de possibilités d'insérer des outils financiers dans leur propre palette et les établissements traditionnels qui restent timides sur le sujet sont peut-être en train de manquer des opportunités séduisantes. Westpac souligne notamment son intérêt à capter ainsi une clientèle qui lui échappe aujourd'hui (par exemple les plus de 3 millions d'utilisateurs d'AfterPay), en majorité jeune et donc attractive.

Naturellement, il existe aussi un recouvrement potentiel… susceptible de se transformer en concurrence. C'est la raison pour laquelle la division « banking as a service » conserve une bonne dose d'autonomie vis-à-vis de Westpac. En tout état de cause, la stratégie adoptée, reflétée par les récentes promotions, consiste clairement à mettre en place une organisation hautement spécialisée, axée sur une vision indépendante de produits bancaires enfouis, probablement perçue comme menaçante par les conservateurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)