C'est pas mon idée !

vendredi 25 juin 2021

Le paiement instantané pour les freelances

ABN AMRO
Avec le développement de toutes sortes de plates-formes de services en ligne, les travailleurs indépendants qu'elles emploient représentent une catégorie de population en forte croissance dont il vaut désormais de chercher à résoudre les difficultés. Aux Pays-Bas, ABN AMRO se penche ainsi sur les délais de paiement de leurs prestations.

Que vous ayez besoin d'un(e) baby-sitter, de vous faire livrer un repas, d'envoyer un colis urgent, de recruter un spécialiste pour dessiner le nouveau logo de votre entreprise…, il existe forcément un site web qui vous permettra de trouver la bonne personne en quelques clics. Mais derrière la simplicité d'utilisation, la gestion administrative est parfois handicapée par des contraintes externes. Par exemple, les émoluments dus aux freelances sont fréquemment versés à échéance fixe, comme des salaires.

Or, plus encore que pour des personnes en poste fixe (qui commencent néanmoins aussi à bénéficier de plus de flexibilité), ces décalages sont perçus comme une injustice par ceux qui facturent leur labeur à l'heure ou à la tâche. Depuis longtemps, les géants de l'économie collaborative – Uber et Lyft en tête – et une poignée d'acteurs de la finance ont exploré des pistes de solution, éventuellement en collaboration avec des jeunes pousses spécialisées. En revanche, ABN AMRO est une des rares banques à se lancer.

ABN AMRO – New payment tool for flexible workers in the gig economy

Le principe retenu consiste à mettre à la disposition des opérateurs de plate-forme une option de paiement instantané, grâce à laquelle les travailleurs, s'ils le souhaitent, demandent à recevoir le montant de leur rétribution dès la mission correspondante achevée. En arrière-plan, c'est vraisemblablement un modèle d'avance sur facture (proche de l'affacturage) que met en œuvre l'établissement. Sa particularité est cependant d'opérer au niveau d'un intermédiaire de la transaction, ce qui en réduit le risque.

Une première expérimentation du dispositif a été organisée l'année passée avec « Charly Cares », un outil de recrutement de baby-sitters, et son succès conduit à l'introduire désormais progressivement dans l'application de « Packaly » pour ses livreurs à vélo, qui accèdent de la sorte à leur argent dans la seconde qui suit la fin d'une course, au lieu de l'attente de plusieurs semaines qu'ils subissaient jusqu'alors. Une déclinaison pour une agence d'interim est également en préparation, pour un test imminent.

Comme toujours avec les approches du genre, les bénéfices ont un revers. En l'occurrence, plus que l'équité que représentent les règlements en temps réel (tout comme le respect des échéances de facture des TPE et PME pour l'équilibre de leur trésorerie), la préoccupation principale des bénéficiaires, souvent précarisés par leur activité professionnelle intermittente, est de (sur)vivre au jour le jour. Il serait donc bon, a minima, de leur offrir aussi un accompagnement à la gestion des finances personnelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de lutter contre le spam, les commentaires ne sont ouverts qu'aux personnes identifiées et sont soumis à modération (je suis sincèrement désolé pour le désagrément causé…)